La laïcité: enjeux et réalités d’une exception française




Les voilà qui reviennent, les grands maux de la laïcité… Depuis les derniers attentats perpétrés à Paris et en Ile-de-France en janvier dernier, mais auparavant déjà, avec la question du foulard, celle des manifestations catholiques des anti-mariages homosexuels… Les frontières entre libertés d’expression, laïcité, respect des cultes et non-ingérence de l’État se brouillent… Les questions soulevées par ce simple petit mot soulèvent la Nation tout entière et on est à deux doigts de n’y plus rien comprendre. Alors, que signifie être laïc ? La laïcité est-elle une philosophie, de belles pensées à réformer ? Un texte de loi immuable ? Une contrainte ? Un texte fondateur du “mieux vivre ensemble” ? Retour historique, philosophique et juridique en quelques grandes étapes. Décryptage des grands mots qui définissent la laïcité. Et rencontre avec des hommes et femmes qui la promeuvent au quotidien. Rendez-vous mercredi 3 juin.

Yassine Belattar : le rire de la révolte

Agrandir

yassine_belattar

Yassine Belattar se définit avant tout comme humoriste. Mais cela ne l’empêche pas de porter un jugement acerbe sur ce qu’est notre laïcité française. Celui qui fait une tournée de spectacles dans des villes où le FN est (très) majoritaire a, le temps d’une interview, enlevé ses habits d’amuseur pour revêtir ceux du révolté.

Qu’est-ce qu’être laïc ?
Être laïc, c’est permettre à Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Eric Zemmour de prétendre que leur combat est légitime. Ce n’est pas moi, Yassine Belattar, mais Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, qui a convoqué les instances musulmanes pour choisir leurs représentants. Cela veut bien dire que l’Etat s’est immiscé dans des affaires religieuses. Aujourd’hui, le mot « laïcité » est galvaudé. La France a 30 ans de retard sur sa communauté musulmane.

Est-ce que l’on doit rire de tout en matière de religion ?
Oui, évidemment, on peut rire de tout. Personnellement, je ne connais pas de censeurs en France. La question est de savoir s’il y a des gens drôles partout, ma réponse est non. Si la question sous-jacente est : « Peut-on faire des blagues sur les juifs ? », la réponse est oui. Mais il faut que ça reste drôle.

Que vous inspire un humoriste comme Dieudonné ?
Dieudonné ne fait plus de blagues, mais des points de vue. Quand il fait des blagues, ça peut être marrant, mais ce n’est plus ce qu’il fait aujourd’hui. Il fait des meetings politiques.

« Le conseil du culte musulman, moi je l’appellerais plutôt conseil occulte musulman »

Devrait-il y avoir des représentants de la religion en France ?
Les chrétiens ont un clergé, les juifs ont le Grand Rabbin de France. Chez les musulmans, la règle c’est qu’il ne doit pas y avoir de représentant, pas de clergé. Le conseil du culte musulman, moi je l’appellerais plutôt « conseil occulte musulman ». Personne, en Islam, n’est habilité à représenter les musulmans de France. Chaque musulman, en France, se représente lui-même.

Islam et laïcité sont-ils compatibles ?
Non, car la laïcité c’est la séparation de l’église et de l’état. L’Islam est de toute façon une religion d’ordre privé. On la pratique comme on souhaite la pratiquer. Il n’y a pas plus laïcs que les musulmans. J’accepte de partir en vacances durant la Toussaint et Pâques. Le calendrier de mes vacances est judéo-chrétien. Des millions de français musulmans travaillent, ont une famille, font la prière chez eux, et ils ne dérangent personne. Il faut que les français musulmans soient conscients de donner une exemplarité.

Propos recueillis par Mounir Belhidaoui