La laïcité: enjeux et réalités d’une exception française




Les voilà qui reviennent, les grands maux de la laïcité… Depuis les derniers attentats perpétrés à Paris et en Ile-de-France en janvier dernier, mais auparavant déjà, avec la question du foulard, celle des manifestations catholiques des anti-mariages homosexuels… Les frontières entre libertés d’expression, laïcité, respect des cultes et non-ingérence de l’État se brouillent… Les questions soulevées par ce simple petit mot soulèvent la Nation tout entière et on est à deux doigts de n’y plus rien comprendre. Alors, que signifie être laïc ? La laïcité est-elle une philosophie, de belles pensées à réformer ? Un texte de loi immuable ? Une contrainte ? Un texte fondateur du “mieux vivre ensemble” ? Retour historique, philosophique et juridique en quelques grandes étapes. Décryptage des grands mots qui définissent la laïcité. Et rencontre avec des hommes et femmes qui la promeuvent au quotidien. Rendez-vous mercredi 3 juin.

Nicolas Cadène : le nouvel observateur

Agrandir

cadene
 
Nicolas Cadène est le rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, instance dirigée par Jean-Louis Bianco, créée par Jacques Chirac et mise en place en 2013 par François Hollande. On aurait pu s’attendre à avoir un discours consensuel, loin s’en faut. L’Observatoire compte bien rappeler à toutes et tous ce qu’est vraiment la laïcité en France, et il nous le démontre ici.

On a beaucoup voulu revenir, ces derniers temps, sur la loi de 1905. Qu’en pensez-vous ?
La loi de 1905 est entérinée. Le principe général de laïcité est déjà constitutionnel. Le Conseil constitutionnel l’a défini en grande partie dans un arrêt datant de 2013. Mais cela ne freine pas la volonté

Est-ce que la connaissance des fondamentaux de la laïcité est lacunaire en France ?
Effectivement. Il y a souvent une mauvaise interprétation de ce qu’est la laïcité, une mauvaise compréhension de celle-ci, et donc une mauvaise application des règles qui découlent de la laïcité.

Cinq mois après les attentats de janvier, faut-il débattre à nouveau de la laïcité ?
La laïcité a été beaucoup évoquée. Parfois mal, parfois bien, mais dans tous les cas il faut rappeler que la laïcité permet de vivre ensemble et de faire ensemble. Il y a quand même eu une très belle manifestation de l’esprit laïc, le 11 janvier, de tous les français quelles que soient leurs origines et leurs croyances. C’est positif. Maintenant, il faut une traduction dans les actes pour aller vers toujours plus de vivre ensemble.

« Beaucoup ont peur de la religion, et c’est dommage »

Y a-t-il des grandes mesures à mettre en place pour la rentrée 2015 ?
L’enseignement laïc du fait religieux à l’école sera bientôt enseigné, il sera renforcé de façon transdisciplinaire, dans le but de faire tomber un certain nombre de préjugés et faire connaître les religions des autres. Le ministère de l’Éducation nationale va mettre en place l’enseignement moral et civique. Il va rappeler un certain nombre de règles républicaines, dont la laïcité. Des formations sur les médias et les réseaux sociaux vont être dispensées.

La laïcité est-elle devenue répressive ? A-t-on peur de la religion ?
Il est vrai que beaucoup ont peur de la religion, et c’est dommage. C’est aussi lié au contexte que nous traversons. Nous sommes en période de crise, et il peut y avoir des tentatives de repli sur soi. Il y a aussi un contexte international qui peut être très dur avec le terrorisme islamiste, qui n’a rien à voir avec la religion bien sûr, mais il peut faire le lit des amalgames. Il ne faut pas céder à la peur en faisant de la laïcité un outil répressif.

On évoque parfois l’élaboration d’une loi interdisant les signes religieux à l’Université ? Etes-vous d’accord ?
Non. Nous allons tout de même faire un état des lieux des signes religieux à l’Université mais a priori nous sommes tout à fait en désaccord avec cette loi. La laïcité, c’est la liberté de conscience, la neutralité des services publics et de l’État mais pas la société dans son ensemble. L’Université est un lieu de débat important. Ce qu’il faut empêcher c’est la perturbation des cours, mais en revanche il n’est pas question d’interdire à qui que ce soit de porter des signes religieux.

Pensez-vous que l’extrême-droite récupère la laïcité à son compte ?
Elle essaie. Nous ne devons néanmoins pas céder à son discours. Le Front National récupère à son compte le concept de laïcité. Il passe de « l’anti-arabes » de Jean-Marie Le Pen à l’anti-musulman sous couvert de laïcité.

Propos recueillis par Mounir Belhidaoui